Opinion Amazigh, « l’homme libre » …N° 11

Publié le par lieutenantrahmani

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. (Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, article 19)

 

Opinion Amazigh, « l’homme libre » …N° 11

de Abdelkader Rahmani, le 7 septembre 2011

 

Amazigh : L’homme Libre.  « La terre n’est qu’un seul pays dont tous les hommes sont les citoyens, un seul village à la suite des découvertes scientifiques et de l’interdépendance indéniable des nations. On peut aimer tous les peuples du monde tout en aimant son propre pays. » A.Rahmani

 

Archives : deux lettres du Lieutenant Rahmani…

 

L'ethnocide derrière le paravent nazi

 

Lettre à l'attention de Monsieur Ramonet Directeur du Monde Diplomatique

-1994-

 

      Il est des propos qui sont des claques à l'humanité, une insulte à la souffrance d'autrui. Nous avons eu une femme Ministre responsable, mais pas coupable, des contaminés du sida. Aujourd'hui sa consœur Simone Veil Ministre d'état insulte la souffrance d'autrui, en banalisant les viols des femmes et des enfants, l'extermination ethnique du peuple bosniaque. Bien plus, notre Ministre des Affaires Sociales, d'un sourire aussi méprisant pour les autres que satisfait pour elle-même, banalise Hiroshima, avec un «ni même » d'une férocité qui n'a plus de nom.

 

                  Elle en ajoute avec Sabra Chatila, les disparus d'Argentine…Non, affirme-t-elle, Auschwitz n'est pas n'importe quelle violation des Droits de l'Homme, n'importe quelle guerre civile. Suivons Madame Veil pour nous montrer où se niche la frontière de la dignité humaine et celle de ses droits bafoués, nous arrivons à Auschwitz.

 

                  Auschwitz en amont, le reste des horreurs du monde en aval.

 

                  Ni même Oradour-sur-Glane, ni même les torches vivantes en wagons plombés de Hambourg, ni même les résistants malgaches empalés, ni même les algériens asphyxiés dans les cuves à vin ou projetés des avions sur les falaises déchiquetées du cap Aokas et les pics des gorges de Kerrata, ni même ceux d'Indochine, de Corée et d'autres lieu où le gaz et le napalm d'un monde libre, une orgie de massacres qui n'a pas épargné les innocents d'un monde prétendument civilisé et révolté. Madame Veil, rescapée d'Auschwitz et en très bonne santé nous aurait convaincus par des propos plus respectueux des autres et pas seulement par ses racines juives.

 

                  L'antisémitisme ne détient pas le monopole du racisme, tous les jours nous en faisons, nous sommes tous racistes quelque part au fond de nous mêmes. La chasse systématique à l'antisémitisme est en train de générer sa propre gangrène. Depuis un demi-siècle nous nous abreuvons aux sources de l'antisémitisme nazi. Je ne souhaite pas voir chaque semaine un film sur la guerre d'Algérie sous prétexte qu'il faut s'en souvenir tout en en faisant un commerce fructueux pour certains sur le dos des bonnes âmes.

 

                  Le pogrom de 1934 à Constantine a marqué mon enfance, la 2ème guerre mondiale, les guerres coloniales, la Corée m'a fait connaître les dessous sordides qui les motivaient. Depuis le procès de Nuremberg, de Rastatt, où j'étais présent, contre les criminels de guerre nazis, combien d'autres criminels de toutes nationalités sont en toute liberté soit à la tête de leur pays, soit aux postes clefs du pouvoir tout en se réclamant de principes démocratiques. Le drame actuel de Bosnie en est une preuve.

 

                  Une dizaine des pays de la communauté européenne se trouve subitement sans moyens militaires pour museler la sauvagerie criminelle d'une petite Serbie. Qui empêcherait dès lors les serbes de reprendre le rêve d'Hitler. Pourquoi l'Occident démocratique a décrété l'embargo des armes contre la Bosnie et pas contre la Serbie? Les velléités et les craintes de son intervention militaire n'auraient plus d'objet. Faute de munitions et d'intendance les serbes cesseraient le combat.

                  L'iniquité flagrante des européens, des américains et des russes n'est pas dénoncée. On fait croire à l'opinion que seule une intervention militaire pourrait régler le problème, mais là encore c'est impossible à cause des risques de représailles sur les casques bleus.

 

                  A quoi donc servent les casques bleus ? Ils sont soldats ou pantins?

 

                  Lorsqu'il a fallu servir les intérêts américains en Corée, les casques bleus dont je faisais partie se sont engagés dans des combats sanglants. Nous n'avons pas tricoté pour nos épouses, nous ne nous sommes pas contentés de regarder à la jumelle comme au théâtre s'étriper le Sud et le Nord.

 

                  L'opinion avisée sait aujourd'hui qui a déclenché cette guerre et pour quels intérêts comme la guerre du Golfe commence à suinter sa mauvaise odeur.

Pour la première comme pour la seconde, mes conférences et mes écrits de vérités étaient toujours très (trop) prématurés.

 

                  Aujourd'hui relever l'insulte contre la mémoire des «disparus» massacrés et délibérément oubliés parce qu'ils ne sont pas juifs me fera soupçonner d'antisémite, de pronazi, et d'autres afféteries du genre.

 

                  Mes actions et mes vérités m'ont habitué à ces mignardises vénéneuses. Jusqu'à ce jour l'Algérie n'a pas signifie l'amnistie de ma condamnation a mort pour avoir en - 1960 négocié à Tel-Aviv et Jérusalem avec « l'ennemi  ». Pour avoir été co-fondateur de la l’association judéo-arabe avec la participation de sommités israéliennes et internationales les commandos armés de deux ennemis irréductibles qui m'étaient adressés ne m'ont jamais fait reculer.

 

                  Aux juifs amis et ennemis, je voudrais faire comprendre qu'à trop pleurer les larmes finissent par sécher.

 

                  A l'Europe déconfite, ses larmes de crocodiles sur le Bosnie évoquent d’autres génocides. Il est vrai que depuis Waterloo, ni la France, ni l'Allemagne, ni l'Angleterre n'ont gagné une guerre.

 

                  Il me vient en conclusion le souvenir des propos d'un Colonel Coréen dans mon blockhaus enterré en Corée subissant depuis un bref moment à une cadence diluvienne des orgues de Staline, blasé, armé d’une certaine fatalité il me dit: « Bah ! C’est une tempête dans une tasse de thé  ». C'est l'image des gesticulations de l'Europe devant le grand frère russe.

 

 

°°°°°

 

L'Oracle du Lieutenant-Général: Apollon Rahmani

 

Lettre particulière à l'attention du crétin de la planète Bushanusien.

22/9/2004

 

Cette inscription du temple de Delphes : « Connais-toi et tu connaîtras Dieu » et cette sentence d'Hermès Trismégiste: « ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut et inversement », Sentence d'Apollon Rahmani à l'attention de notre crétin universel : « ce qui est en Haut finit toujours en Bas »

 

Vu l'ignorance totale de la Géographie et de l'Histoire par un pays qui s'appelle les Etats-Unis et qui a élu un saoulard à la Présidence, j'instruis : Delphes est une ancienne ville en Grèce au pied du Parnasse où Apollon avait un temple qui rendait des oracles par la bouche de la Pythie. Je me souviens particulièrement de l'un d'entre eux : « Israël qui domine le monde (à travers les Etats-Unis) sera soumis au feu de ses crimes ». J'ajoute mon oracle : Les adventistes et rabbins qui se prétendent missionnaires d'un Dieu inconnu des autres religions subiront le même sort. (Delphes a été prise par « mes ancêtres» les gaulois - souvenir de mon école communale – en 279 av.J.C.).

 

Connaissant l'inculture du saoulographe, je rappelle que : la Grèce Continentale se trouve sur la péninsule balkanique entre la mer Egée et la mer Méditerranée. Parnasse est une montagne de 2459 m à plusieurs milliers de kilomètres de la puanteur texane.

 

Merci bushbush de te casser tes petites méninges pour apprendre ce rudiment géographique.

 

Les cultures afghane, irakienne vont éradiquer ton peuple et ton pays. Continuer à pleurer la mort d'un seul otage et non celle de millions d'humains mis en charpie par les bombes «propres » des barbares occidentaux, nous réduit à rappeler la fameuse injonction césariste «Alea jacta est ». Le sort en est jeté. Franchissons le Rubicon sans rubi et souvenons-nous qu'un autre César français mais clairvoyant - Georges Clémenceau – a légué un jugement à méditer «les Etats Unis sont le seul pays qui est passé de la préhistoire à la décadence ».

Publié dans Lieutenant Rahmani

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article